Le porc Haut-Rhin

Dans cet article, vous apprendrez tout sur le porc : son histoire, sa conservation, sa consommation et les interdits religieux qui y sont liés.

Entreprises Locales

(Les données locales ci-après sont fournises par toutlocal.fr.)

Claude Dominique
03-89-79-19-14
25 rue Saint Léon
Colmar, Haut-Rhin
Cora (SA)
03-89-32-38-38
258 rue Belfort
Mulhouse, Haut-Rhin
Afrika
03-69-29-06-42
53 Rue Franklin
Mulhouse, Haut-Rhin
Tuna Market
03-89-30-51-93
168 Route d'Ingersheim
Colmar, Haut-Rhin
Supermarchés Match
03-89-30-13-00
21 Avenue de l'Europe
Colmar, Haut-Rhin
La Case des Iles - Traiteur
03 89 24 57 38
79 route de Neuf-Brisach
Colmar, Haut-Rhin
Coco LM
03-89-21-85-10
7 rue Emile Schwoererue
Colmar, Haut-Rhin
Faller
03-89-66-36-99
54 rue Sauvage
Mulhouse, Haut-Rhin
Sahara Marché
03-89-42-00-08
67 Rue Cerf
Mulhouse, Haut-Rhin
Grand Frais
03-89-23-56-64?
11 Rue Emile Schwoerer
Colmar, Haut-Rhin

Par: Christophe Certain



Interdits religieux et conservation

Le porc joue un rôle particulier dans la cuisine méditerranéenne : il départage les chrétiens des musulmans et des juifs, le porc étant chargé d'un interdit religieux dans ces deux dernières religions. En effet, nombre d'interdits religieux concernant l'alimentation portent sur des règles d'hygiène alimentaire édictées à une époque où les moyens modernes de conservation des aliments n'existaient pas. La viande de porc se corrompt en effet très vite à la chaleur, et sans réfrigération, sa consommation serait dangereuse pour la santé. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'en France et ailleurs, le cochon élevé à la ferme était tué au début de l'hiver, pour assurer la meilleure conservation possible à la viande.

Pour conserver la viande, on la fume (poitrine fumée, andouille, boudins, saucisses), on la sale (jarret demi-sel, coustous, oreille), on la sèche (jambons, saucissons). On peut également confire la viande et la conserver dans la graisse.

Une question de climat

La confection des jambons, qui doivent sécher à l'air après avoir été salés exigeait autrefois un climat venteux, sec et froid, climat qu'on ne trouve généralement qu'en montagne. D'où le succès des jambons de montagne, qu'il soient français, italiens ou espagnols pour les plus connus. Mais il ne faut pas rêver, on ne fait plus sécher les jambons dans des grottes creusées dans la montagne... les règles d'hygiène et surtout de rentabilité en ont décidé autrement. A moins que vous ayiez la chance d'avoir un grand-père dans les Abruzzes, ou en Aragon, qui fait sécher lui-même ses jambons dans la montagne, dans une cabane en bois exposée à tous les vents.

Un bon chrétien mange du cochon !

La consommation du porc a joué un rôle particulier en Espagne car les Espagnols chassèrent de leur pays les juifs et les musulmans en 1492, à la fin de la reconquista. Tous ceux qui restèrent devaient se convertir au catholicisme. Manger du porc était alors le signe que l'on était un bon chrétien. Les Espagnols soupçonnaient en effet les récents convertis de duplicité, persuadés qu'ils continuaient à observer leurs rites de façon secrète. La consommation de porc était donc le signe extérieur de son obédience à la religion catholique, ce que n'auraient pu faire ni un juif, ni un musulman sans enfreindre sa religion. On alla même jusqu'à mettre du saindoux (graisse de porc) pour remplacer l'huile dans des plats qui n'en comportaient pas.

Un cas m'intéresse particulièrement dans ce domaine, il s'agit des montecaos, ou montecados, des biscuits consommés en Espagne et en Algérie. Il existe une version de ces délicieux sablés préparés avec du saindoux, et une autre à l'huile. J'émets l'hypothèse que ce gâteau est d'origine musulmane, préparé à l'huile, et que les Espagnols ont remplacé l'huile par du saindoux, pour "catholiciser" ce plat. Baptême par adjonction de saindoux ; il fallait y penser...


Côté chrétien, le porc a donné lieu à une multitude de préparations alimentaires, et comme dit le proverbe, "tout est bon dans le cochon". Pour ce qui est de la cuisine pied-noir, la plupart des productions de la charcuterie pied-noir sont originaires d'Espagne, de nombreux Espagnols s'étant en effet installés dans la région d'Oran. On y trouve notamment la soubressade, une saucisse de viande parfumée au paprika et éventuellement pimentée, les longanisses, qui sont de longues et fines saucisses que l'on fait griller enroulées en colimaçons, le boutifar ou boutifarra, blanc ou noir, fait avec de la tête de porc, de la cervelle, de la langue, et dont l'adjontion ou non de sang décidera de la couleur, la mahonnaise ou mayorquine, qui est une grosse soubressade, et les blanquicos, qui sont de petits boudins blancs. Mais j'aurai l'occasion de revenir en détail sur ces différents produits.

A propos de l'auteur:
Christophe Certain
http://www.cuisine-pied-noir.com/
Plus de 500 recettes de cuisine méditerranéenne, de nombreuses recettes inédites mais aussi les classiques : couscous, paella, pizza, cuisine à la plancha, bricks, tajines, etc.

Fourni par ArticlesEnLigne : Annuaire d'articles gratuits - Contenu libre

Voir Aussi
- La plancha Haut-Rhin
Découvrez dans cet article ce mode de cuisson à la mode qu'est la plancha.
- Les jambons serrano, iberico et bellota Haut-Rhin
- L'agneau Haut-Rhin