Le congé de paternité

Vous allez bientôt avoir un bébé ? Lisez cet article pour tout savoir sur le congé paternité.

Par: TOURET Bernard

Le congé de paternité est accordé à tout salarié, à la naissance de son enfant, quelle que soit: son ancienneté ou la nature de son contrat de travail, sa situation familiale, le lieu de naissance ou de résidence de son enfant, et que l'enfant soit ou non à sa charge.

Le congé de paternité est d'une durée de 11 jours pour la naissance d'un enfant, et de 18 jours en cas de naissance multiple. Il doit être pris dans les 4 mois qui suivent la naissance de l'enfant. Il s'ajoute aux 3 jours d'absence autorisée accordés par l'employeur pour une naissance. Ils peuvent se succéder ou être pris séparément.

En cas d'hospitalisation de l'enfant à sa naissance, le père peut demander le report de son congé de paternité à la fin de cette hospitalisation.
En cas de décès de la mère, le père peut bénéficier d'un congé postnatal. La durée de ce congé varie en fonction du nombre des enfants nés et ceux en charge: 10 semaines en cas de naissance d'un enfant et si, suite à cette naissance, le père a un ou deux enfants à charge; 18 semaines en cas de naissance d'un enfant et si, suite à cette naissance, le père a au moins trois enfants à charge; 22 semaines en cas de naissance multiple, quel que soit le nombre d'enfants à charge. Le père peut demander le report de son congé paternité à la fin de ce congé postnatal.

Si l'enfant est mort-né, le père peut désormais bénéficier du congé paternité sous réserve de la délivrance d'un acte d'enfant sans vie et d'un certificat médical d'accouchement d'un enfant né mort et viable.

Le salarié doit informer son employeur de la date et de la durée de son congé paternité, par simple lettre, un mois minimum avant le début du congé. Il doit adresser à sa caisse d'Assurance Maladie un justificatif de filiation (copie intégrale de l'acte de naissance ou copie du livret de famille à jour…) et une attestation d'interruption de l'activité (remise par l'employeur).

Dès le début du congé paternité, l'employeur doit établir une attestation de salaire. C'est sur la base des éléments portés sur cette attestation que l'Assurance Maladie détermine si le salarié remplit les conditions requises pour avoir droit aux indemnités journalières pendant son congé paternité et, si tel est le cas, en calcule le montant.

Pendant le congé de paternité, le contrat de travail est suspendu. Le salaire n'est pas maintenu. Le père peut percevoir des indemnités journalières de sécurité sociale.

Pour avoir droit aux indemnités journalières pendant son congé paternité, le salarié doit justifier: de 10 mois d'immatriculation, en tant qu'assuré social, à la date de début de son congé paternité; et d'avoir travailler au moins 200 heures cours des 3 mois civils ou des 90 jours précédant le début de son congé paternité, ou avoir cotisé sur un salaire au moins égal à 1 015 fois le montant du SMIC horaire au cours des 6 mois civils précédant le début de son congé paternité.

Les indemnités journalières sont versées tous les 14 jours au salarié par sa caisse d'Assurance Maladie, pendant toute la durée du congé paternité, sans délai de carence, pour chaque jour de la semaine, y compris les samedi, dimanche et jour férié.
Le montant de l'indemnité journalière est réduit de 0,5 % au titre de la CRDS et de 6,2 % au titre de la CSG. Les indemnités journalières versées pendant le congé paternité sont soumises à l'impôt sur le revenu.

À l'issue de son congé de paternité, le salarié doit retrouver son précédent emploi ou un emploi similaire assorti d'une rémunération au moins équivalente.

Les demandeurs d'emploi peuvent bénéficier du congé de paternité, s'ils sont dans l'une des situations suivantes : être indemnisés par l'ASSEDIC; bénéficiaires au cours des 12 derniers mois d'une allocation de l'ASSEDIC; ou en cessation d'activité salariée depuis moins de 12 mois.

Les stagiaires de la formation professionnelle continue rémunérés par l'État ou la région et rattachés au régime général d'assurance maladie peuvent prétendre à une indemnité journalière égale à 90 % de leur rémunération journalière de stage versée par l'État ou par la région. Le bénéfice de l'indemnité journalière est ouvert uniquement si le congé paternité débute pendant le stage de formation et s'achève avant la fin de celui-ci.


Source: http://www.convention-collective-fr.com

A propos de l'auteur:
TOURET Bernard
http://www.convention-collective-fr.com

Fourni par ArticlesEnLigne : Annuaire d'articles gratuits - Contenu libre

Articles Régionaux
- Le congé de paternité Ain
- Le congé de paternité Aisne
- Le congé de paternité Allier
- Le congé de paternité Alpes-de-Haute-Provence
- Le congé de paternité Alpes-Maritimes
- Le congé de paternité Ardèche
- Le congé de paternité Ardennes
- Le congé de paternité Ariège
- Le congé de paternité Aube
- Le congé de paternité Aude
- Le congé de paternité Aveyron
- Le congé de paternité Bas-Rhin
- Le congé de paternité Bouches-du-Rhône
- Le congé de paternité Calvados
- Le congé de paternité Cantal
- Le congé de paternité Charente
- Le congé de paternité Charente-Maritime
- Le congé de paternité Cher
- Le congé de paternité Corrèze
- Le congé de paternité Corse-du-Sud
- Le congé de paternité Côte-d'Or
- Le congé de paternité Côtes-d'Armor
- Le congé de paternité Creuse
- Le congé de paternité Deux-Sèvres
- Le congé de paternité Dordogne
- Le congé de paternité Doubs
- Le congé de paternité Drôme
- Le congé de paternité Essone
- Le congé de paternité Eure
- Le congé de paternité Eure-et-Loir
- Le congé de paternité Finistère
- Le congé de paternité Gard
- Le congé de paternité Gers
- Le congé de paternité Gironde
- Le congé de paternité Haute-Corse
- Le congé de paternité Haute-Garonne
- Le congé de paternité Haute-Loire
- Le congé de paternité Haute-Marne
- Le congé de paternité Hautes-Alpes
- Le congé de paternité Haute-Saône
- Le congé de paternité Haute-Savoie
- Le congé de paternité Hautes-Pyrénées
- Le congé de paternité Haute-Vienne
- Le congé de paternité Haut-Rhin
- Le congé de paternité Hauts-de-Seine
- Le congé de paternité Hérault
- Le congé de paternité Ille-et-Vilaine
- Le congé de paternité Indre
- Le congé de paternité Indre-et-Loire
- Le congé de paternité Isère
- Le congé de paternité Jura
- Le congé de paternité Landes
- Le congé de paternité Loire
- Le congé de paternité Loire-Atlantique
- Le congé de paternité Loiret
- Le congé de paternité Loir-et-Cher
- Le congé de paternité Lot
- Le congé de paternité Lot-et-Garonne
- Le congé de paternité Lozère
- Le congé de paternité Maine-et-Loire
- Le congé de paternité Manche
- Le congé de paternité Marne
- Le congé de paternité Mayenne
- Le congé de paternité Meurthe-et-Moselle
- Le congé de paternité Meuse
- Le congé de paternité Morbihan
- Le congé de paternité Moselle
- Le congé de paternité Nièvre
- Le congé de paternité Nord
- Le congé de paternité Oise
- Le congé de paternité Orne
- Le congé de paternité Paris
- Le congé de paternité Pas-de-Calais
- Le congé de paternité Puy-de-Dôme
- Le congé de paternité Pyrénées-Atlantiques
- Le congé de paternité Pyrénées-Orientales
- Le congé de paternité Rhône
- Le congé de paternité Saône-et-Loire
- Le congé de paternité Sarthe
- Le congé de paternité Savoie
- Le congé de paternité Seine-et-Marne
- Le congé de paternité Seine-Maritime
- Le congé de paternité Seine-Saint-Denis
- Le congé de paternité Somme
- Le congé de paternité Tarn
- Le congé de paternité Tarn-et-Garonne
- Le congé de paternité Territoire de Belfort
- Le congé de paternité Val-de-Marne
- Le congé de paternité Val-d'Oise
- Le congé de paternité Var
- Le congé de paternité Vaucluse
- Le congé de paternité Vendée
- Le congé de paternité Vienne
- Le congé de paternité Vosges
- Le congé de paternité Yonne
- Le congé de paternité Yvelines