La thérapie familiale "systémique"

La thérapie familiale "systémique"

Contenu fourni par:

Sur les conseils de leur médecin de famille, monsieur, madame N. et leurs trois enfants (18, 16 et 11 ans) ont pris rendez-vous pour une consultation. Motif : les accès de violence du père. Ils entrent dans le bureau en file indienne. En tête, le père, grand et vif, maigre et musclé, s’installe sur la chaise la plus éloignée du thérapeute. La mère s’assoit près de lui. Les enfants se placent en rang à côté de leur mère et à l’opposé du père.

« Nous avons des problèmes de discipline », lance celui-ci, le regard perçant, visiblement très rigide.
« Qui est le shérif dans la famille ? interroge le thérapeute.
- Je suppose que c’est moi, répond le père.
- Etes-vous un shérif compétent ou incompétent ?
- Si j’étais compétent, nous ne serions pas là !
- Et vous Madame, vous êtes le shérif adjoint ou l’avocate de la défense ?
- Avocate de la défense, dit-elle, attristée.
- Compétente ou incompétente ?
- Malheureusement, très compétente. »

La mère, institutrice, apparaît irréprochable. Elle protège ses enfants et va même jusqu’à répondre systématiquement à leur place. L’isolement du père devient de plus en plus tangible. Il en souffre mais ne l’exprime pas.

Le membre symptôme

Pensant que le rôle d’un père consiste à assurer le confort matériel de sa famille, il a confié la charge éducative de ses enfants en bas âge à son épouse. Et une distance s’est effectivement installée entre lui et sa famille. Le fils aîné relate un incident traumatisant : « Un soir, tandis que je bavardais avec ma sœur dans sa chambre, mon père est entré, un paquet de cigarettes à la main. Il me les a jetées au visage, m’a attrapé par le cou et m’a poussé contre le mur en hurlant. » Le père s’explique. « J’avais une cartouche neuve dans mon armoire. Il y manquait un paquet. J’étais furieux et vexé qu’on ait cru que je ne m’en apercevrais pas. » « Non, rétorque le thérapeute, ce que vous n’avez pas supporté, c’est de voir deux de vos enfants parler ensemble. »

En effet, chaque fois que le père remarquait une complicité entre la mère et ses enfants, ou entre deux de ses enfants,son sentiment d’exclusion se ravivait. Ses accès de colère aussi. La violence de monsieur N., irrationnelle au départ, est en fait le symptôme d’un dysfonctionnement de toute la famille.

La psychothérapie s’est d’abord intéressée à l’individu dit "à problèmes". Puis, en explorant ses relations avec ses proches, en observant leurs interactions, en repérant les alliances, les pouvoirs, les conflits, les coalitions, etc., elle a mis en évidence qu’une famille fonctionne comme un système. L’un de ses membres peut être "désigné" inconsciemment par les autres, pour porter la trace de la pathologie affectant tout le groupe. Ces familles sont alors définies comme dysfonctionnelles. L’expression de soi et l’épanouissement n’y sont pas possibles. La communication, généralement, est pathologique.

Le présent détient la solution

Apparue aux Etats-Unis, la thérapie familiale s’est appuyée sur diverses disciplines : sociologie, biologie, psychanalyse, etc. Gregory Bateson, zoologiste et anthropologue, a ouvert la voie à l’école de Palo Alto, fondée en 1959, où il a commencé par étudier la schizophrénie avec des psychiatres comme Erickson ou Paul Watzlawick. Ils développèrent ensuite une approche de la famille comme système et mirent l’accent sur les phénomènes de communication. Le véritable pionnier de la thérapie familiale "sur le terrain" est Nathan Ackerman, pédopsychiatre et psychanalyste, qui, en observant dans les années 30 des familles touchées par la crise économique, a perçu l’importance des facteurs sociaux et familiaux aussi bien qu’individuels. En France, les premiers centres de thérapie familiale n’ont ouvert qu’à partir de 1980.

Les thérapies familiales systémiques sont très pragmatiques et ancrées dans le présent, car elles étudient les actions et réactions de chacun des membres de la famille pendant les séances. Elles cherchent ainsi à mettre à jour les échanges "malades" et à rétablir ceux qui favorisent une communication claire et saine. Elles se fixent un objectif précis qui fera naître de nouveaux équilibres relationnels. Pour elles, le problème trouve souvent ses sources dans des événements passés, mais seul le présent détient la solution.

En cela, elles diffèrent des thérapies familiales analytiques qui explorent davantage l’histoire transgénérationnelle pour "reconstruire" le passé refoulé. Elles utilisent les fantasmes et les rêves de chacun des membres, le transfert et le contre-transfert. La cure analytique est généralement plus longue et les séances plus rapprochées.

Lire d'autres articles sur le site de Psychologies

Articles Régionaux
- La thérapie familiale "systémique" Ain
- La thérapie familiale "systémique" Aisne
- La thérapie familiale "systémique" Allier
- La thérapie familiale "systémique" Alpes-de-Haute-Provence
- La thérapie familiale "systémique" Alpes-Maritimes
- La thérapie familiale "systémique" Ardèche
- La thérapie familiale "systémique" Ardennes
- La thérapie familiale "systémique" Ariège
- La thérapie familiale "systémique" Aube
- La thérapie familiale "systémique" Aude
- La thérapie familiale "systémique" Aveyron
- La thérapie familiale "systémique" Bas-Rhin
- La thérapie familiale "systémique" Bouches-du-Rhône
- La thérapie familiale "systémique" Calvados
- La thérapie familiale "systémique" Cantal
- La thérapie familiale "systémique" Charente
- La thérapie familiale "systémique" Charente-Maritime
- La thérapie familiale "systémique" Cher
- La thérapie familiale "systémique" Corrèze
- La thérapie familiale "systémique" Corse-du-Sud
- La thérapie familiale "systémique" Côte-d'Or
- La thérapie familiale "systémique" Côtes-d'Armor
- La thérapie familiale "systémique" Creuse
- La thérapie familiale "systémique" Deux-Sèvres
- La thérapie familiale "systémique" Dordogne
- La thérapie familiale "systémique" Doubs
- La thérapie familiale "systémique" Drôme
- La thérapie familiale "systémique" Essone
- La thérapie familiale "systémique" Eure
- La thérapie familiale "systémique" Eure-et-Loir
- La thérapie familiale "systémique" Finistère
- La thérapie familiale "systémique" Gard
- La thérapie familiale "systémique" Gers
- La thérapie familiale "systémique" Gironde
- La thérapie familiale "systémique" Haute-Corse
- La thérapie familiale "systémique" Haute-Garonne
- La thérapie familiale "systémique" Haute-Loire
- La thérapie familiale "systémique" Haute-Marne
- La thérapie familiale "systémique" Hautes-Alpes
- La thérapie familiale "systémique" Haute-Saône
- La thérapie familiale "systémique" Haute-Savoie
- La thérapie familiale "systémique" Hautes-Pyrénées
- La thérapie familiale "systémique" Haute-Vienne
- La thérapie familiale "systémique" Haut-Rhin
- La thérapie familiale "systémique" Hauts-de-Seine
- La thérapie familiale "systémique" Hérault
- La thérapie familiale "systémique" Ille-et-Vilaine
- La thérapie familiale "systémique" Indre
- La thérapie familiale "systémique" Indre-et-Loire
- La thérapie familiale "systémique" Isère
- La thérapie familiale "systémique" Jura
- La thérapie familiale "systémique" Landes
- La thérapie familiale "systémique" Loire
- La thérapie familiale "systémique" Loire-Atlantique
- La thérapie familiale "systémique" Loiret
- La thérapie familiale "systémique" Loir-et-Cher
- La thérapie familiale "systémique" Lot
- La thérapie familiale "systémique" Lot-et-Garonne
- La thérapie familiale "systémique" Lozère
- La thérapie familiale "systémique" Maine-et-Loire
- La thérapie familiale "systémique" Manche
- La thérapie familiale "systémique" Marne
- La thérapie familiale "systémique" Mayenne
- La thérapie familiale "systémique" Meurthe-et-Moselle
- La thérapie familiale "systémique" Meuse
- La thérapie familiale "systémique" Morbihan
- La thérapie familiale "systémique" Moselle
- La thérapie familiale "systémique" Nièvre
- La thérapie familiale "systémique" Nord
- La thérapie familiale "systémique" Oise
- La thérapie familiale "systémique" Orne
- La thérapie familiale "systémique" Paris
- La thérapie familiale "systémique" Pas-de-Calais
- La thérapie familiale "systémique" Puy-de-Dôme
- La thérapie familiale "systémique" Pyrénées-Atlantiques
- La thérapie familiale "systémique" Pyrénées-Orientales
- La thérapie familiale "systémique" Rhône
- La thérapie familiale "systémique" Saône-et-Loire
- La thérapie familiale "systémique" Sarthe
- La thérapie familiale "systémique" Savoie
- La thérapie familiale "systémique" Seine-et-Marne
- La thérapie familiale "systémique" Seine-Maritime
- La thérapie familiale "systémique" Seine-Saint-Denis
- La thérapie familiale "systémique" Somme
- La thérapie familiale "systémique" Tarn
- La thérapie familiale "systémique" Tarn-et-Garonne
- La thérapie familiale "systémique" Territoire de Belfort
- La thérapie familiale "systémique" Val-de-Marne
- La thérapie familiale "systémique" Val-d'Oise
- La thérapie familiale "systémique" Var
- La thérapie familiale "systémique" Vaucluse
- La thérapie familiale "systémique" Vendée
- La thérapie familiale "systémique" Vienne
- La thérapie familiale "systémique" Vosges
- La thérapie familiale "systémique" Yonne
- La thérapie familiale "systémique" Yvelines
Voir Aussi
- Enseigner la politesse aux enfants
Comme d’habitude, des personnes âgées restent debout tandis que de fringants jeunes gens sont confortablement assis. Sauvagerie ordinaire. Mais, pour une fois, les fringants jeunes gens ne sont pas les mieux lotis. Car, au fond du véhicule, une petite fille de 3 ou 4 ans, vautrée sur une banquette, occupe, elle… deux places. Et même trois. Car, cet espace lui semblant sans doute un peu restreint, elle a posé ses pieds – et ses chaussures mouillées – sur le siège d’en face. Sa mère, debout dans l’allée, non seulement ne dit rien, mais la contemple d’un air extasié.
- Famille : dur dur d'être le chouchou
- Histoire du baccalauréat
- Les classes préparatoires
- Le contrat d'étudiant
- Existe-t-il des enfants vraiment méchants ?