Fullcoaching: formule "baccalauréat" Pyrénées-Orientales

La fin du trimestre approchant il est temps de se mettre à jour afin de ne pas prendre du retard dans cette course contre le temps qu'est la préparation du baccalauréat

Entreprises Locales

(Les données locales ci-après sont fournises par toutlocal.fr.)

Mission Locale Insertion Roussillon
04 68 34 62 90
2 Rue Pierre Dupont
Perpignan, Pyrénées-Orientales
Groupement D Employeurs Ille Roussillon

Z D'activite (avenue Des Corbieres)
Thuir, Pyrénées-Orientales
Groupement Employeurs Caramany Trilla

Chez M. Gerbeaux Luc (46 Rue Grand Rue)
Caramany, Pyrénées-Orientales
Groupement D Employeurs Du Camiral

12 Avenue Du Roussillon
St Feliu D Avall, Pyrénées-Orientales
Groupement D Employeurs Pomone

Chez M. Payre Adrien (mas La Pecheraie)
Corbere Les Cabanes, Pyrénées-Orientales
Groupement D Employeurs Plusagri

107 Av Du Pal Des Expositions
Perpignan, Pyrénées-Orientales
Gpt Employeurs Sainte Eugenie

Chez M. Ex Ignotis (route De Toulouges)
Le Soler, Pyrénées-Orientales
Mission Locale Insertion Roussillon
04 68 28 61 91
3 Rue Neuve
Perpignan, Pyrénées-Orientales
G E I Q Btp 66

Tecnosud (552 Rue Felix Trombe)
Perpignan, Pyrénées-Orientales
Groupement D Employeurs Agriorga

Chez M. De Massia Joseph (moulin De Breuil)
Montesquieu, Pyrénées-Orientales

La fin du premier trimestre sonne l’importance de se préparer aux examens. Le fullcoaching a mis en place depuis cette année sa formule « baccalauréat ». Un stage de fullcoaching se veut complet :
- Cours de méthodologie – 2heures
- Epreuve de dissertation/commentaire composé/écriture d’invention – 4 heures
- Travail sur l’oral – 2 heures
Le fullcoaching rappelle qu’il est judicieux de ne pas attendre le dernier moment pour rattraper ses lacunes !

Article écrit par David Jarousseau, directeur de la société Fullcoaching

Voir Aussi
- La suppression des notes ou la parodie de l’évolution Pyrénées-Orientales
L’enseignement laïc et obligatoire, jour après jour, tente de modifier son image de « fabrique du crétin », selon le mot de l’universitaire Jean-Paul Brighelli.