Enfants, ados : les clés de l'équilibre

Cet article donne des conseils pour l'éducation des enfants et adolescents.

Contenu fourni par:

C’est entre 1 et 10 ans que se mettent en place, en famille, les bonnes habitudes et les bons comportements alimentaires.

Soyez fermes !

Avec la collaboration du docteur Laurent Chevallier, nutritionniste et phytothérapeute auteur de L’Alimentation des p’tits loups (Poche, 2006), et du docteur Paule Nathan, nutritionniste et endocrinologue auteur du Guide de l’alimentation pour les familles (Odile Jacob, 2005).

Guider les enfants dans leurs choix alimentaires, cela veut d’abord dire leur donner des repères concrets : manger à heures fixes et goûter à tout. Basiques, ces conseils ? Sans doute. Pourtant, nos spécialistes constatent un laxisme croissant de la part des parents, qui veulent à la fois éviter les conflits et faire plaisir aux enfants. Cette forme de démission commence souvent au supermarché. Selon le nutritionniste Laurent Chevallier, un enfant sur deux influence les achats alimentaires de leurs parents.

Résultat : les menus sur commande transforment les enfants en tyrans du foyer et appauvrissent leur palette gustative ; et les repas décalés favorisent le grignotage.

Éteignez la télé pendant les repas
Toujours d’après Laurent Chevallier, trop d’enfants regardent la télévision en mangeant. Cette mauvaise habitude fait de nous des « analphabètes sensoriels », incapables de profiter pleinement de la saveur des plats. Une habitude encore plus préjudiciable pour les tout-petits qui, distraits, ne mangent plus mais gobent les aliments.
Conséquence : ils ne ressentent plus les signaux de satiété envoyés par leur corps et mangent trop. Ce n’est pas un hasard si les spécialistes ont noté que tous les enfants en surpoids mangeaient trop vite. Comment bien agir ? En donnant le bon exemple : mangez en savourant le moment présent. Vos enfants vous imiteront.

Sollicitez leurs cinq sens
Apprenez-leur à manger d’abord avec les yeux, à respirer les parfums de leur assiette, à bien mâcher les aliments pour sentir leur consistance, à reconnaître les différentes sensations (pétillant, croquant, fondant…), à différencier les sons (croquer une carotte crue ou cuite) et, enfin, explorer toute la gamme des goûts (sucré, salé, amer, doux…). Et n’oubliez pas de leur faire commenter leurs différentes expériences sensorielles, parfois même les yeux fermés.

Dédramatisez
Chez les enfants aussi, il y a des petits et des gros mangeurs. Inutile d’essayer de forcer leur nature, vous perdriez votre temps et vous les fâcheriez avec la nourriture. Si vous êtes vraiment inquiet, consultez un pédiatre. Sinon, patientez jusqu’à l’adolescence. A la puberté, en général, les petits mangeurs, surtout les garçons, se rattrapent et les gros mangeurs se calment.

Soyez patient
Rares sont les enfants qui aiment d’emblée ce qu’ils goûtent la première fois. Les néophobies alimentaires (phobies de la nouveauté) touchent de nombreux enfants et elles persistent en général jusqu’à 7 ans. Les refus catégoriques sont souvent passagers, sauf si l’aliment proposé l’a déjà rendu malade.
La solution : préparez l’aliment différemment et proposez-le régulièrement à l’enfant jusqu’à ce qu’il lui devienne familier. Autre astuce : s’il admire un « grand » – frère, sœur, cousin, ami – et que celui-ci consomme l’aliment « maudit », l’enfant l’imitera avec enthousiasme.

Mangez pour le plaisir
La santé, c’est un argument d’adulte, pas d’enfant. Entre 2 et 10 ans, ils mangent parce qu’ils ont faim et parce que ça leur plaît. Le discours santé sera davantage entendu à partir de 12 ou 13 ans, lorsqu’ils commencent à prendre conscience de l’image de leur corps et de ce que signifie être en bonne santé. Mauvaise idée aussi : la récompense pour faire digérer les légumes. Cela ne sert qu’à renforcer leur image négative. En revanche, en mettant un peu de fantaisie dans leur présentation – mini-légumes par exemple –, le refus se transforme progressivement en curiosité, puis en attrait.

Faites-les participer
A partir de 2 ans, emmenez-le avec vous au marché pour qu’il puisse regarder, toucher, sentir ce qu’il mangera au déjeuner ou au dîner. L’idéal, c’est d’organiser, en famille, une visite découverte dans une ferme ou dans un potager, pour qu’il comprenne toute l’histoire du produit. Dans le même esprit, amusez-vous à préparer les repas avec lui. Laissez-les mettre la main à la pâte, en les guidant un peu bien sûr : effiler les haricots verts, écosser les petits pois, mettre les quartiers de pomme sur le fond de pâte… Leur fierté aiguisera leur appétit et les poussera à goûter ce qu’ils ne connaissent pas.

Veillez sur leur sommeil
Oui, vous avez bien lu, sommeil et nutrition sont liés. La gréline, sécrétée par l’estomac, est un enzyme qui favorise les pulsions alimentaires. En cas de sommeil insuffisant, elle est surproduite par l’organisme et occasionne, dans la journée, des fringales ravageuses.

Ados

A partir de 10-12 ans, les goûts s’affirment et les ados sont censés manger de tout ou… presque ! Mais le véritable enjeu des repas, c’est ce qui se passe autour de l’assiette.

Pas de pression !
Faut-il le rappeler, un repas c’est un moment de partage. Sont donc malvenus tous les sujets « polémiques » et stressants : travail scolaire, sorties, fréquentations… Faites du repas une vraie pause, pour décompresser ensemble, rire, échanger. Si l’atmosphère est tendue, n’invitez pas votre colère à table. Profitez du moment où vous préparez le repas ou mettez le couvert pour créer un sas de décompression : vous ferez baisser la tension et deviendrez plus disponible.

Mettez les formes. Une jolie nappe, deux bougies… il suffit de peu pour transformer un simple repas en une fête du quotidien. Les adolescents sont sensibles aux marques d’attention : ils se sentent reconnus, même s’ils ne l’expriment pas toujours. Lors des fêtes de famille, mettez, avec eux, les petits plats dans les grands et invitez-les à participer à l’élaboration du menu comme à l’organisation.

Transmettez votre histoire
Cuisiner, même des plats tout simples, c’est raconter sa famille, sa région, ses traditions… Nous avons tous une recette de lapin à la cocotte ou de fondant au chocolat hérité d’une grand-mère. Les ados, comme les plus petits, sont sécurisés par les rites familiaux, et s’ils les rejettent un temps, c’est pour mieux se les réapproprier plus tard.

Ne diabolisez pas leur comportement
Ils veulent manger avec les doigts ? Préparez-leur, un soir, un hamburger avec une salade. Ils sont plus pâtes que légumes ? Ne les forcez pas à en avaler coûte que coûte. S’opposer systématiquement à leurs envies n’est pas la meilleure carte à jouer. Un ado peut boycotter un gratin de courgettes chez lui et dévorer ce même plat une semaine plus tard chez un copain. Votre mission à vous, c’est de lui proposer de tout, mais en respectant ses préférences. Reconnaître ce qu’il aime, c’est reconnaître qui il est : une personne à part entière, donc différente de vous.

Développez leur esprit critique
Publicités, packagings… On le sait, tout est étudié pour emballer nos jeunes consommateurs. Pour les aider à prendre de la distance face à un discours souvent formaté, demandez-leur comment ils reçoivent ces messages : sont-ils convaincus, tentés, amusés… ? Lisez aussi avec eux les étiquettes et aidez-les à les décrypter.

Soyez à l’écoute
Elle n’avale plus rien parce qu’elle se trouve trop grosse, il ne veut manger que des protéines pour se fabriquer du muscle… Décodez leur comportement face à leur assiette et n’hésitez pas à consulter un nutritionniste, un médecin généraliste ou encore un thérapeute pour faire le point. Un adolescent accorde souvent plus de valeur à un discours extérieur qu’à un discours familial. Expliquez-lui les changements qui modifient son corps et son comportement. S’il a tendance à prendre du poids ou à en perdre trop, parlez-en ensemble puis proposez-lui de consulter un professionnel.

Variez les plaisirs
On parle beaucoup de la nécessité d’une alimentation diversifiée pour les tout-petits, mais elle est aussi importante pour les ados qui ont tendance à toujours manger la même chose. Cette « monomania » favorise les intolérances alimentaires, notamment celle au gluten, à cause de la consommation excessive de blé (pain, pâtes, pizzas, viennoiseries, tartes…). Une information à partager en famille, qui les aidera peut-être à sortir des sentiers battus. Pourquoi ne pas jouer à celui qui fera les courses et étonnera les autres avec un nouvel aliment (les crosnes, par exemple…), une nouvelle marque, un nouveau produit, une nouvelle recette… Evidemment, vous courez le risque qu’il revienne du supermarché en vous donnant triomphalement la dernière pizza aux dix-huit fromages !

Lire d'autres articles sur le site de Psychologies

Articles Régionaux
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Ain
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Aisne
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Allier
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Alpes-de-Haute-Provence
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Alpes-Maritimes
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Ardèche
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Ardennes
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Ariège
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Aube
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Aude
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Aveyron
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Bas-Rhin
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Bouches-du-Rhône
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Calvados
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Cantal
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Charente
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Charente-Maritime
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Cher
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Corrèze
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Corse-du-Sud
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Côte-d'Or
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Côtes-d'Armor
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Creuse
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Deux-Sèvres
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Dordogne
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Doubs
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Drôme
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Essone
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Eure
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Eure-et-Loir
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Finistère
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Gard
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Gers
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Gironde
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Haute-Corse
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Haute-Garonne
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Haute-Loire
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Haute-Marne
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Hautes-Alpes
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Haute-Saône
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Haute-Savoie
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Hautes-Pyrénées
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Haute-Vienne
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Haut-Rhin
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Hauts-de-Seine
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Hérault
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Ille-et-Vilaine
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Indre
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Indre-et-Loire
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Isère
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Jura
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Landes
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Loire
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Loire-Atlantique
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Loiret
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Loir-et-Cher
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Lot
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Lot-et-Garonne
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Lozère
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Maine-et-Loire
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Manche
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Marne
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Mayenne
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Meurthe-et-Moselle
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Meuse
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Morbihan
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Moselle
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Nièvre
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Nord
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Oise
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Orne
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Paris
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Pas-de-Calais
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Puy-de-Dôme
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Pyrénées-Atlantiques
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Pyrénées-Orientales
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Rhône
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Saône-et-Loire
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Sarthe
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Savoie
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Seine-et-Marne
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Seine-Maritime
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Seine-Saint-Denis
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Somme
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Tarn
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Tarn-et-Garonne
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Territoire de Belfort
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Val-de-Marne
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Val-d'Oise
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Var
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Vaucluse
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Vendée
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Vienne
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Vosges
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Yonne
- Enfants, ados : les clés de l'équilibre Yvelines
Voir Aussi
- Enseigner la politesse aux enfants
Dix-sept heures. L’autobus est bondé. Comme d’habitude, des personnes âgées restent debout tandis que de fringants jeunes gens sont confortablement assis. Sauvagerie ordinaire. Mais, pour une fois, les fringants jeunes gens ne sont pas les mieux lotis. Car, au fond du véhicule, une petite fille de 3 ou 4 ans, vautrée sur une banquette, occupe, elle… deux places. Et même trois. Car, cet espace lui semblant sans doute un peu restreint, elle a posé ses pieds – et ses chaussures mouillées – sur le siège d’en face. Sa mère, debout dans l’allée, non seulement ne dit rien, mais la contemple d’un air extasié
- Enseigner la politesse aux enfants
- La thérapie familiale "systémique"
- Existe-t-il des enfants vraiment méchants ?
- Famille : dur dur d'être le chouchou
- Enfants, leur apprendre le oui et le non
- Enfants: Une sécurité intérieure à faire grandir