Droit médical et traumatisme crânien

Le traumatisme cérébral arrive pour de multiples raisons et peut avoir des effets dévastateurs sur la vie de ceux qui le subissent, ainsi que sur leur entourage. Lorsque des procédures judiciaires sont envisagées, il est un important de trouver conseil auprès d’un avocat spécialisé dans le domaine médical.


1. Les causes du traumatisme cérébral

De nombreux facteurs entrent en compte lors d’un traumatisme cérébral. Certains cas sont connus comme étant consécutif à des dommages acquis, dûs à des antécédents d’ischémie cérébrale, de problèmes cardio-vasculaires, de méningite, de tumeurs cérébrales, de consommation de drogue, ou d’abus d’alcool. Cependant, la majorité des traumatismes cérébraux sont le résultat d’un choc dû à une chute, à une agression, un accident de la route, ou un accident sportif.

Un traumatisme cérébral peut se produire de différentes façons. Une personne qui reçoit un coup direct à la tête peut souffrir de séquelles cérébrales si le coup est d’une puissance suffisante pour endommager la matière cérébrale à l’intérieur du crâne. Si le coup est d’une puissance encore plus destructrice, il peut même provoquer une fracture crânienne et endommager la matière cérébrale directement. La plupart du temps, les coups à la tête causant des dommages cérébraux se produisent lorsque la tête est frappée par un objet immobile, comme lors d’une chute par terre ou d’un accident de la route. Les traumatismes cérébraux peuvent également résulter d’une agression physique avec un objet qui frappe la tête de la victime.

L’autre manière de subir un traumatisme cérébral est d’être soumis à une forte accélération ou décélération de la tête, tel que dans un accident de voiture, ou lorsque la personne est violemment secouée. Ce type de mouvement provoque un déplacement de la matière cérébrale à l’intérieur du crâne. Lorsque la matière cérébrale se heurte à la partie antérieure ou postérieure du crâne, les tissus cérébraux ou nerveux peuvent être endommagés.

2. Les différents niveaux de dommage cérébral

Il existe trois niveaux de classification pour le traumatisme cérébral : léger, modéré, et sévère. Lors d’un traumatisme cérébral léger, la personne sera confuse, étourdie, et peut subir des pertes de conscience de quelques minutes ou quelques secondes. Bien que cet état, reconnu comme une commotion cérébrale, ne dure que quelques instants, il reste la preuve que la fonction cérébrale a été atteinte.

Lors d’un traumatisme cérébral modéré, on observe une perte de conscience allant de quelques minutes à quelques heures. Après avoir repris conscience, la personne reste confuse pendant quelques jours à quelques semaines. Il peut y avoir des changements physiques ou comportementaux, temporaires ou permanents.

Le plus grave niveau de traumatisme cérébral est classé sévère. La perte de conscience dure de plusieurs jours à plusieurs mois. Un traumatisme cérébral sévère peut être subdivisé en plusieurs groupes : cela inclus le coma, un état végétatif temporaire ou permanent, un état de réponse minimale, une perte de mouvement, ou le syndrome de l’enfermement.

Quel que soit la classification du traumatisme cérébral, on s’accorde à dire que cela reste une condition médicale grave. Si vous êtes amenés à suspecter un traumatisme cérébral sur une personne ou sur vous-même, vous devez immédiatement demander assistance. Contactez un docteur, allez à l’urgence, ou composez le numéro d’urgence.

3. Les effets d’un traumatisme cérébral

Les effets d’un traumatisme cérébral amènent les personnes à modifier leurs habitudes de vie et les conduisent vers une éventuelle perte d’autonomie. Parmi les symptômes physiques observés, on rencontre l’agitation, les maux de tête, et une fatigue permanente. Les personnes peuvent également ressentir des pertes d’équilibre, des vertiges, et des paralysies partielles. Dans certains cas, le patient devra même réapprendre à marcher ou sera incapable d’effectuer des mouvements coordonnés, incluant la faculté de parler. On observe également chez ces patients des crises épileptiques, des problèmes d’incontinence, et des problèmes de déglutition.

Parmi les effets psychologiques d’un traumatisme cérébral, on trouve des dépressions, de l’anxiété, incluant les crises de panique, et une incapacité à gérer les tâches quotidiennes. Les sujets peuvent également faire face à des crises colériques souvent déclenchées par des causes apparemment insignifiantes. On observe également des tendances à l’égoïsme et au manque de motivation.

La souffrance créée par un traumatisme cérébral s’étend également sur la famille du patient. Quel que soit l’âge ou le rôle de la famille de la personne atteinte, des difficultés interpersonnelles et beaucoup de stress sont éprouvés par les familles des malades. Ce genre d’invalidité chronique cause la plupart du temps, à long terme, des problèmes financiers et émotionnels. Dans le cas d’une jeune personne souffrant d’un traumatisme cérébral, les parents auront la lourde charge de supporter émotionnellement et financièrement leur enfant à vie.

4. L’aide financière

Les dommages physiques et psychologiques résultants d'un traumatisme cérébral nécessitent un traitement médical permanent et de la réadaptation. Cela peut mener à de grandes difficultés financières. Selon la manière dont s'est produit le traumatisme cérébral, il existe la possibilité de demander des compensations afin de faire face aux frais médicaux. Parmi les potentielles sources de dédommagement, on peut trouver l'assurance automobile, des compensations de travail, des aides gouvernementales et les assurances santé et accident. Lors d'un procès pour une personne ayant subi un traumatisme cérébral, selon les circonstances de l'accident, les questions de la prise en charge à long terme ainsi que de la tutelle devront être établies. Vu la complexité du domaine et des nombreux types de demandes d'indemnisation possibles, il serait préférable de consulter un conseiller juridique spécialisé dans le domaine médical. Bien que rien ne puisse compenser la perte de la qualité de vie due à un traumatisme cérébral, des avocats spécialisés dans le traumatisme cérébral peuvent vous aider à obtenir l’aide financière à laquelle vous avez droit, afin de faire face aux frais médicaux, ainsi que ceux de rééducation.

5. Devez vous faire une demande d'indemnisation ?

Si quelqu'un de votre entourage ou vous-même avez souffert d'un traumatisme cérébral, vous devez vous demander si votre cas est admissible pour recevoir des indemnisations. Il peut s'avérer difficile, lorsque votre famille et vous-même ressentez du stress, et que vous avez en permanence l'esprit occupé, de trouver le temps et l'énergie nécessaire afin d'engager des procédures d'indemnisation. Il est cependant nécessaire de prendre le temps de consulter un conseiller juridique expérimenté, qui pourra d'en la plupart des cas, vous donner une réponse immédiate sur la probabilité de réussite de votre demande d'indemnisation. Cela pourra faire toute la différence pour votre situation financière dans quelques années.

Les avocats spécialisés dans les traumatismes cérébraux peuvent vous donner une information initiale grâce à un simple appel téléphonique, une rapide visite dans leurs bureaux, ou même à travers un formulaire d'évaluation sur Internet. Ils voudront savoir les circonstances dans lesquelles est survenu le traumatisme cérébral : si un coup direct a été porté à la tête ou qu’un accident ou une blessure a causé le déplacement de la matière cérébrale à l'intérieur du crâne. Ils voudront également savoir si le traumatisme est grave et s’il a été causé par la négligence d'autrui. Si vous êtes incertain de la gravité du traumatisme ou que vous ne savez pas s'il a été causé par la négligence d'autrui, il est tout de même préférable de recevoir les conseils légaux d'un conseiller juridique dès que possible, afin qu'il vous informe des chances de succès de votre demande d'indemnisation. Souvenez-vous qu'il existe des experts juridiques spécialisés dans le traumatisme cérébral et qu'il est préférable de leur laisser prendre les décisions.

6. Comment un avocat peut-il vous aider?

Les procès judiciaires pour une victime d’un traumatisme cérébral peuvent être très compliqués. Votre famille et vous-même serez déjà sous le stress de l'accident et des conséquences qui en découle. Si vous envisagez de vous passer de l’aide d'un professionnel pour traiter votre cas juridique, vous ne faites qu’augmenter encore plus votre stress. Si vous ne possédez pas les connaissances spécialisées sur les cas juridiques concernant le traumatisme cérébral, vous risquez aussi de finir avec des indemnités compensatoires moins importantes que celles qu'un avocat aurait pu vous obtenir. Les conseillers juridiques dans le domaine médical sont bien informés, ils peuvent parler en votre nom et dans votre intérêt.

7. Quels sont les coûts relatifs au procès ?

Il est souvent assez inquiétant d'avoir à engager un avocat pour des poursuites judiciaires. Dans le cas où vous souffrez d'un traumatisme cérébral, vous avez certainement déjà dû faire face à de nombreuses dépenses, avec la perspective future d’autres dépenses pour des traitements médicaux et de réadaptation. Il est bien naturel de vous demander si vous pouvez vous offrir l’aide d'un conseiller juridique spécialisé.

Il n'y a cependant pas à s'inquiéter de cette situation. Les conseils initiaux de la plupart des sociétés juridiques sont gratuits, donc lorsque vous décidez de prendre contact avec un avocat spécialisé, vérifiez si c'est le cas, puis expliquez-lui votre situation. Si vous préférez, vous pouvez toujours remplir un formulaire en ligne donnant des détails à propos du traumatisme cérébral et ainsi vous obtiendrez une réponse gratuite. Les conseillers juridiques spécialisés font régulièrement parvenir gratuitement des informations afin d'aider les gens à décider s'il est judicieux d'effectuer des poursuites judiciaires.

Lorsque la procédure commence, un arrangement est en général établi concernant les frais de contingence, spécifiant que vous n'aurez aucune dépense à effectuer à moins que vous n’obteniez des indemnisations. Les compensations des avocats spécialisés sont payées selon un pourcentage du montant total des indemnisations. Certains conseillers juridiques spécialisés proposent également l'option d'un paiement honoraire ou d'un paiement préétabli quel que soit l'issue du procès. Lorsque vous consultez un avocat spécialisé, vous devez confirmer ces détails et demander quel pourcentage ils recevront avec l'arrangement des frais de contingence. Il est préférable de rencontrer plusieurs conseillers juridiques spécialisés avant de prendre votre décision finale afin de trouver l'avocat qui sera le plus approprié pour vous.

8. L'estimation des dommages

En général, l'étendue des dommages cérébraux sera prise en considération, ainsi que les preuves médicales témoignant que les dommages sont temporaires ou permanents. La souffrance et la douleur subie, ainsi que celles envisageables dans le futur, sont prises en compte dans l'évaluation de l'indemnisation. Lorsque le traumatisme cérébral affecte la capacité de l'individu à travailler, la perte de ses salaires passés et futurs sera prise en considération dans l'évaluation du montant des dommages. Les dépenses médicales, la difformité, l'angoisse mentale, et la perte de qualité de vie sont d'autres éléments qui seront pris en compte.

Même lorsque le plaignant est partiellement responsable de son traumatisme cérébral, il peut recevoir une compensation financière. Dans ce genre de situation, la compensation financière est habituellement réduite par le pourcentage de responsabilité établie. Si, par exemple, un plaignant se trouve responsable à 30 % dans l'accident qui a causé son traumatisme cérébral, le défenseur sera alors responsable de 70 % des dommages causés. Cela signifie que même si vous pensez avoir votre part de responsabilité dans l'accident, vous devez malgré tout consulter un avocat spécialisé afin d'établir si vous pouvez malgré tout toucher des indemnités.

9. Pourquoi choisir un avocat spécialisé

Les avocats spécialisés dans le domaine médical ont la connaissance et l'expérience permettant d’optimiser vos chances de succès lors d'une procédure judiciaire. Ils ont également une meilleure compréhension des besoins financiers que les personnes victimes de traumatisme cérébral ont besoin. Leur préparation pour le procès ainsi que leur conduction du dossier sera une aide appréciable, mais également très efficace, professionnelle, et au bout du compte, couronnée de succès.

Les avocats expérimentés, spécialisés dans le domaine médical, ont une meilleure compréhension des changements physiques et psychologiques qui résultent d'un traumatisme cérébral et sont également conscients des implications sociales et émotionnelles qui en découlent. Avec cette connaissance ils peuvent ainsi assurer que tous les examens médicaux nécessaires ainsi que les autres procédures sont effectuées en préparation pour le procès. Leur conscience des besoins des personnes souffrant de traumatisme cérébral leur permet d'obtenir le meilleur dossier possible, pour les besoins passés et futurs, afin d’optimiser l'indemnisation. De cette façon, les conseillers juridiques spécialisés permettent de soulager les craintes de leurs clients, et peuvent les aider à obtenir les meilleurs résultats possibles.
Articles Régionaux
- Droit médical et traumatisme crânien Ain
- Droit médical et traumatisme crânien Aisne
- Droit médical et traumatisme crânien Allier
- Droit médical et traumatisme crânien Alpes-de-Haute-Provence
- Droit médical et traumatisme crânien Alpes-Maritimes
- Droit médical et traumatisme crânien Ardèche
- Droit médical et traumatisme crânien Ardennes
- Droit médical et traumatisme crânien Ariège
- Droit médical et traumatisme crânien Aube
- Droit médical et traumatisme crânien Aude
- Droit médical et traumatisme crânien Aveyron
- Droit médical et traumatisme crânien Bas-Rhin
- Droit médical et traumatisme crânien Bouches-du-Rhône
- Droit médical et traumatisme crânien Calvados
- Droit médical et traumatisme crânien Cantal
- Droit médical et traumatisme crânien Charente
- Droit médical et traumatisme crânien Charente-Maritime
- Droit médical et traumatisme crânien Cher
- Droit médical et traumatisme crânien Corrèze
- Droit médical et traumatisme crânien Corse-du-Sud
- Droit médical et traumatisme crânien Côte-d'Or
- Droit médical et traumatisme crânien Côtes-d'Armor
- Droit médical et traumatisme crânien Creuse
- Droit médical et traumatisme crânien Deux-Sèvres
- Droit médical et traumatisme crânien Dordogne
- Droit médical et traumatisme crânien Doubs
- Droit médical et traumatisme crânien Drôme
- Droit médical et traumatisme crânien Essone
- Droit médical et traumatisme crânien Eure
- Droit médical et traumatisme crânien Eure-et-Loir
- Droit médical et traumatisme crânien Finistère
- Droit médical et traumatisme crânien Gard
- Droit médical et traumatisme crânien Gers
- Droit médical et traumatisme crânien Gironde
- Droit médical et traumatisme crânien Haute-Corse
- Droit médical et traumatisme crânien Haute-Garonne
- Droit médical et traumatisme crânien Haute-Loire
- Droit médical et traumatisme crânien Haute-Marne
- Droit médical et traumatisme crânien Hautes-Alpes
- Droit médical et traumatisme crânien Haute-Saône
- Droit médical et traumatisme crânien Haute-Savoie
- Droit médical et traumatisme crânien Hautes-Pyrénées
- Droit médical et traumatisme crânien Haute-Vienne
- Droit médical et traumatisme crânien Haut-Rhin
- Droit médical et traumatisme crânien Hauts-de-Seine
- Droit médical et traumatisme crânien Hérault
- Droit médical et traumatisme crânien Ille-et-Vilaine
- Droit médical et traumatisme crânien Indre
- Droit médical et traumatisme crânien Indre-et-Loire
- Droit médical et traumatisme crânien Isère
- Droit médical et traumatisme crânien Jura
- Droit médical et traumatisme crânien Landes
- Droit médical et traumatisme crânien Loire
- Droit médical et traumatisme crânien Loire-Atlantique
- Droit médical et traumatisme crânien Loiret
- Droit médical et traumatisme crânien Loir-et-Cher
- Droit médical et traumatisme crânien Lot
- Droit médical et traumatisme crânien Lot-et-Garonne
- Droit médical et traumatisme crânien Lozère
- Droit médical et traumatisme crânien Maine-et-Loire
- Droit médical et traumatisme crânien Manche
- Droit médical et traumatisme crânien Marne
- Droit médical et traumatisme crânien Mayenne
- Droit médical et traumatisme crânien Meurthe-et-Moselle
- Droit médical et traumatisme crânien Meuse
- Droit médical et traumatisme crânien Morbihan
- Droit médical et traumatisme crânien Moselle
- Droit médical et traumatisme crânien Nièvre
- Droit médical et traumatisme crânien Nord
- Droit médical et traumatisme crânien Oise
- Droit médical et traumatisme crânien Orne
- Droit médical et traumatisme crânien Paris
- Droit médical et traumatisme crânien Pas-de-Calais
- Droit médical et traumatisme crânien Puy-de-Dôme
- Droit médical et traumatisme crânien Pyrénées-Atlantiques
- Droit médical et traumatisme crânien Pyrénées-Orientales
- Droit médical et traumatisme crânien Rhône
- Droit médical et traumatisme crânien Saône-et-Loire
- Droit médical et traumatisme crânien Sarthe
- Droit médical et traumatisme crânien Savoie
- Droit médical et traumatisme crânien Seine-et-Marne
- Droit médical et traumatisme crânien Seine-Maritime
- Droit médical et traumatisme crânien Seine-Saint-Denis
- Droit médical et traumatisme crânien Somme
- Droit médical et traumatisme crânien Tarn
- Droit médical et traumatisme crânien Tarn-et-Garonne
- Droit médical et traumatisme crânien Territoire de Belfort
- Droit médical et traumatisme crânien Val-de-Marne
- Droit médical et traumatisme crânien Val-d'Oise
- Droit médical et traumatisme crânien Var
- Droit médical et traumatisme crânien Vaucluse
- Droit médical et traumatisme crânien Vendée
- Droit médical et traumatisme crânien Vienne
- Droit médical et traumatisme crânien Vosges
- Droit médical et traumatisme crânien Yonne
- Droit médical et traumatisme crânien Yvelines